2007 - 2
2008 & 2006
2007 - 2
2007- 1
2006 - 1
2006 - 2
2005
2004
 
PARIS-MOSCOU PAR VELOROUTE, C’EST POUR BIENTOT.
Récit du voyage mouvementé des associations Dynamobile et CyclotransEurope.

Récit en images :
http://dl.free.fr/geZPLaME5/Rando-transeuropeenne-2007.mov
ou photos de Brigitte Marchal:
http://picasaweb.google.be/espoir.tjrs
Il y a même un film ! 10 euros + port. Renseignements auprès de Brigitte : espoir.tjrs@skynet.be

Récit en paroles :
Dynamobile 2007 fut une belle épopée. La colonne partie de Bruxelles à une centaine avait doublé à Paris, enrichie à Maubeuge de la cohorte de CyclotransEurope partie de Maastricht, ainsi que de Parisiens qu’avaient rebuté les difficultés de transport des vélos au-delà de leur frontière.

Ce qu’aura révélé cette 12° édition, c’est le potentiel de chemins facilement intégrables dans un réseau de véloroutes ou itinéraires cyclistes à longue distance. Que ce soit les déjà existants « chemins verts » de l’Avesnois –en stabilisé- ou de Thiérache –en herbe- ou les chemins ruraux de Picardie ou d’Ile-de-France, tout comme les chemins de halage des canaux, les supports existent. Il ne sert à rien de dire « tout va bien » quand on s’adresse à des cyclistes qui ont galéré une journée entière dans l’herbe et la boue… ou sur des sentiers cahoteux. La Thiérache, le Valois, l’Ile-de-France… sont beaux pays. Les voies vertes permettraient de les découvrir dans les meilleures conditions, comme depuis un balcon. 45 km par ci – par là à revêtir… et s’ouvre à tous –valides, moins valides, professeurs d’université ou jardiniers, cadres supérieurs, artistes, médecins spécialistes ou agents d’entretien, enfants, ados, adultes et vieux, sans oublier les remorques!- la possibilité de parcourir facilement de grandes distances, à plat dans les terrains plissés, et au calme dans ceux qui n’ont plus que des routes majeures. Le véritable enseignement de cette année c’est que plus personne ne comprend pourquoi ce qui paraît simple et indispensable à la fois n’est pas encore fait. Ni, bien sûr, pourquoi on se permet de condamner ponctuellement la seule voie verte d’entrée dans Paris, ni pourquoi on la dote de pavés…
Dynamobile et CyclotransEurope s’étaient donc associés cette année sur l’itinéraire du projet de véloroute Paris-Moscou. 200 cyclistes de quelques mois à plus de 77 ans, des plus organisés aux plus débutants, dormant dans des gymnases, accueillis en mairie, parfois magnifiquement, même à Senlis où ce fut l'association -et l'opposition municipale- qui durent pallier le refus catégorique du maire!!!, suivis par la presse, accompagnés même par Messieurs Peigné et Berthier, en charge du vélo et des véloroutes dans les ministères parisiens ; des journées de 60 km, sous la pluie ou la chaleur, dans le vent des plaines agricoles sans plus de haies, mais surtout, faute de mieux, sur de bien mauvais chemins… voici ce que fut cette glorieuse épopée, jusqu’à … la mairie du X° arrondissement de Paris, par manque de gardien sans doute à l’Hôtel-de-Ville ? peu importe, les enjeux sont plus grands que Paris ! ce sont les Régions qu’il convient de mobiliser !
Isabelle Lesens, 30/31 juillet 2007.
http://transeuropeenne.free.fr/

**************************************************
SOLUTION DU RÉBUS DE L'ÉTÉ :
Paris à Bruxelles en train avec vélo :
Paris-Nord 10 h 34 / Maubeuge 12 h 37, vélo gratuit
Maubeuge 15 h 08 / Quévy 15 h 44 vélo gratuit (ou passage de la frontière, 10 km à vélo)
Quévy 15 h 49/ Bruxelles midi 16 h 55 (ou 16 h 49 / 17 h 55), vélo 4,40 euros (billet 1 trajet)

Paris à Maastricht en train avec vélo :
Paris-Lille en TGV réservation obligatoire, vélo 10 euros
puis Lille-Liège, enfin Liège-Maastricht. Vélo 7,20 euros (billet 1 jour)
********************************************************
---------------------------------------------------------
PENTECOTE PLUVIEUSE A NOTRE-DAME DES CYCLISTES

Je m’acheminais vers Notre-Dame, comme chaque lundi matin de Pentecôte. Mais cette fois-ci c’était sous des trombes d’eau et je n’atteins jamais la chapelle…
Pendant le repas, mon vélo noir attendait sagement sous un abri, mais se sentait bien seul.
Richard, qui avait chanté avec la chorale, fit un discours, annonçant qu’ensuite il chercherait « un propriétaire ». Le propriétaire « méritant » c’était moi, car ainsi qu’il l’a raconté ensuite :

« un clown a offert un prix d'authenticité à une passagère qui était venu courageusement en transporteur à énergie humaine. Son engin était admirablement bricolé – le réservoir à carburant était protégé par d'anciens étuis de pied, le tableau de bord élargi au contreplaqué, de lourdes sacoches contenaient toute une panoplie vitale et les passeports accolés indiquaient de nombreuses et lointains voyages. S'était-elle décollée pendant la cérémonie dans la nef (la chapelle)? Peut-être était elle une des privilégiées à y avoir réussi. En tout cas son transporteur était l'unique témoignage de ce qui unissait tout ce monde. C'était très approprié puisque la nef avait été dédiée à cette méthode de déplacement presque 50 années terrestres auparavant. »

Comme il est d’usage en ces contrées, il me demanda ensuite de « dire quelques mots ». Lesquels, mon dieu ? je ne trouvais rien pour dire combien je me sentais représentante de la lenteur cycliste, par opposition aux vaillants anciens coureurs tous venus en auto qui peuplaient ce repas ;
combien le voyage à vélo tenait pour moi du pélérinage ;
combien la chapelle me confirmait dans mon identité profonde de cycliste;
et aussi que j’avais croisé sur cette terre l’abbé Massie, hélas sans oser le déranger pour qu’il bénisse mon vélo ;
que j’avais connu l’homme qui avait tenté de faire en ce lieu un musée du vélo, ainsi que Jean-Paul, le premier président civil,
que j’étais très reconnaissante à mmes Rottenfuss et Escoubet, de leur accueil amical,
que cela faisait donc pas mal d’années que je hantais une fois l’an cette bastide aimée d’Henry IV, sans pour autant y être reconnue, mais qu’il allait être grand temps de se montrer digne de ce lieu unique dédié à dame bicyclette.

Nous venions de décider, MCD et moi, d’organiser des regroupements radiaux l’an prochain pour la montée vers la chapelle depuis les plus lointaines contrées : Enfin le peuple cycliste, dans sa diversité, prendrait possession de sa chapelle.
Is. Lesens
Juin 2007

rempli le
30 SEPTEMBRE 2008